Commander Ici

Paru le 11/11/2021

Tomes 1 & 2

Cérémonie de présentation et de dédicaces

Evoquer deux personnalités de l’histoire du Sénégal connus dans deux différents domaines cloisonnés des hommes du commun, pour en observer une confluence peut sembler une gageure.
Dans les sciences, la confluence décrit le degré d’écartement qui existe entre cellules adhérentes cultivées en monocouche sur un support approprié où elles se touchent toutes en culture cellulaire.
Dans la matière scientifique qu’est la géographie, la confluence se manifeste par un point où un cours d’eau, appelé affluent, se jette dans un autre.
En géologie, elle est la rencontre de deux vallées glaciaires.
En informatique, la confluence revêt la propriété d’un système de réécriture qui est convergent.
Dans le Coran, la notion de confluence est souvent utilisée pour désigner la réunion d’eau salée et d’eau douce observable par exemple en Irak, à Saint-Louis et Dakar, au Sénégal. La confluence est également citée en Égypte pour l’un des deux plus longs fleuves du monde, avec ses 6.700 kilomètres entre le Nil bleu et le Nil blanc .
Dans les sourates 18 (la Caverne) et 55 (le Tout-Miséricordieux) du Coran, la confluence est donnée comme preuve de la miséricorde divine et objectif d’une quête spirituelle déterminée à travers le prophète Moïse et son serviteur (Josué).
Ces définitions nous amènent à l’idée générale qui sous-tend ce travail, à savoir : examiner les relations possibles que la spiritualité et la science sont susceptibles d’entretenir, dans une confluence, au bénéfice de l’homme.

Offrez-vous dès maintenant les deux tomes

Appelez au +221 77 261 33 33 pour commander. Payez à la livraison

Tome 1

10 000FCFA

Tomes 1 & 2

20 000FCFA

Tome 2

10 000FCFA

Paru le 11/11/2021

TOME 1 : Sur Cheikh Ibrahima Fall

ISBN : 979 -10-7007-000 -0

L’Afrique postcoloniale n’a pas encore réalisé tout son potentiel économique, social, culturel, scientifique ; c’est un fait et un constat. Qu’est ce qui lui manque ? De grands hommes, de grands scientifiques, de grands philosophes, des prophètes ? Ou si elle a eu une histoire prodigieuse, en a-t-elle perdu le fil conducteur ou encore ne sait – elle que faire de sa mémoire récemment mise en lumière par les travaux de Cheikh Anta Diop après avoir été ensevelie durant une si longue période ? N’est – elle pas capable d’ouvrir de nouveaux cadres d’épanouissement social, spirituel, économique, culturel, scientifique suffisamment puissants pour lui permettre d’atteindre sa raison suffisante ?

La publication de Nations nègres et Culture a suscité auprès des médias français une interrogation fondamentale : « Mais l’Islam, c’est encore l’Afrique « blanche » que sera – ce avec l’Afrique Noire ? ». Ce questionnement mesure toute l’investigation à faire sur les mouvements en lien avec l’Islam en Afrique noire. Les chercheurs américains en visitant l’oeuvre de Cheikh Anta Diop ont remarqué ce déficit d’études sur les mouvements religieux et islamiques en Afrique subsaharienne.

Cheikh Ibrahima Fall fait partie de ceux dont l’oeuvre et la vision profondément méconnues aux côtés de Cheikh Ahmadou Bamba, permettra de mieux comprendre cet Islam de l’Afrique Noire. Cette expression d’« Islam noir » dont du reste, il faut préciser la possible déformation à éviter car l’Islam est un et intégral. Il n’y a pas un Islam noir à côté d’un Islam blanc ou jaune, il y a un seul Islam basé sur le Coran et la tradition prophétique. Ce qu’il y a de fondamental, c’est sa revivification au fil des siècles ; que des vérités existantes dans le Livre saint mais scellées émergent par l’intermédiaire de guides authentiques donnant naissance à des pratiques ayant des sources coraniques ou issues de la tradition mais inconnues dans les temps précédents.

Et si par extraordinaire, l’émergence de ces paradigmes paraissant nouveaux est favorisée par un Noir ou des Noirs, la question de leur véracité et de leur authenticité se poserait pour des raisons idéologiques. Raisons idéologiques qui voudraient que le Noir soit incapable de jouer un rôle de premier plan dans un domaine de science, de civilisation ou de culture, a fortiori dans la religion.

TOME 2 : Sur Cheikh Anta Diop

ISBN : 979-10-7007-001-7 
L’œuvre de Cheikh Anta Diop a ouvert de nouvelles perspectives épistémologiques en sciences humaines et sociales pour un futur africain moderne. Raison pour laquelle nous ne devrons négliger aucune spiritualité ancrée en Afrique puisque c’est de là que plusieurs réponses peuvent nous parvenir.

L’action de Cheikh Ibrahima Fall est montée à un niveau où son fils adoptif Cheikh Anta Diop l’a rejoint avec d’autres engagements, d’autres pensées et d’autres découvertes. Cette frontière de retrouvailles en hauteur, ce sommet du Kilimandjaro pourrait simplement s’appeler la Vérité. Les deux « Cheikhs » ne sont pas seulement nationalistes ni ne pourraient non plus être considérés seulement comme des intellectuels de haut niveau qu’ils étaient effectivement mais ils ont eu le mérite, chacun en ce qui le concerne, de développer des concepts, des voies de penser et d’agir qui interpellent l’Humain, l’Africain en particulier, en quête de vérité.

 Il est donc important d’approcher Cheikh Anta Diop dans le sens de sa démarche profonde. Plus encore, il est nécessaire de connaître son histoire pour comprendre comment l’homme a résisté à diverses forces et influences provenant de maints horizons, comment il a réussi à avoir cette grandeur d’âme attendue du leader africain, du scientifique chevronné et imbu d’éthique, de l’historien véritable, du chercheur avide de connaissances. En plus de ce que nous retenons de ses travaux et de ses démonstrations scientifiques, il n’a pas renié à l’Égypte sa spiritualité, laquelle est au début et à la fin de la civilisation égyptienne. Au contraire, il en a montré toute la profondeur et la splendeur. Ainsi, Diop remarque que, contrairement aux transmetteurs grecs qui étaient profanes, les prescripteurs égyptiens étaient auréolés de sainteté dans leur enseignement scientifique. Nous parlons de mathématique, de géométrie, de chimie, d’astronomie etc… Ces matières étaient considérées en Égypte comme faisant partie intégrante d’un enseignement destiné à des Sages, à des Initiés, mais non aux masses populaires. Disons que pour se projeter, c’est comme si au Sénégal, ces enseignements étaient administrés dans les « daaras » non pas dans les écoles qui forment des profanes mais bien dans ces lieux parce que leurs pensionnaires (taalibe) sont dans les prédispositions pour devenir les futurs saints, les futurs sages, les futurs initiés, les futurs mystiques en même temps les futurs scientifiques et hommes politiques du pays. Ils sont d’abord éduqués selon les textes sacrés avant d’accéder à ces connaissances qui feront d’eux les meilleurs « d’entre nous ». 

Vous pouvez faire partie des premiers à lire l'intégralité de l'ouvrage en cliquant sur le bouton ci-dessous

Découvrir les bonnes feuilles

Les mots du préfacier

Les grandes figures dans Confluence

Cheikh Ahmadou Bamba

Fondateur du Mouridisme

Cheikh Ibrahima Fall

Serviteur attitré de Cheikh Ahmadou Bamba

Mame Magatte Diop

Mère de Cheikh Anta Diop et épouse de Cheikh Ibrahima Fall

Serigne Bassirou Mbacké

Fils de Cheikh Ahmadou Bamba, Le plus ouvert aux sciences selon Cheikh Anta Diop

Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma

Petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba, Homonyme du fils aîné de Cheikh Anta Diop

Serigne Mbacké Bousso

Cousin et disciple de Cheikh Ahmadou Bamba, a initié Cheikh Anta Diop aux sciences à Guédé

Serigne Mbacké Bousso

Horloge fabriquée par Cheikh Mbacké Bousso du temps où Cheikh Anta Diop fréquentait son école de Guédé

Sakhéwar Fatma

L’ancêtre le plus valeureux des Diop. Au total, parmi la nombreuse progéniture de Sakhéwar Fatma Diop, l’histoire en a décompté douze rois et huit reines.

Arif Lô​

Fils de Serigne Ciré Lo Sanoussi et oncle de Cheikh Anta Diop

Cheikh Moustpha Mbacké 1er Khalife des mourides avec Arif Lo (en blanc)
Amadou Ongué Ndiaye et Cheikh Anta Diop

Membre du secrétariat politique du RND

Dr Mwalimu Imara & Dr Asa G. Hilliard III

Cheikh Anta Diop discutant avec Dr Mwalimu Imara de Morehouse Medical School (à droite) et Dr Asa G. Hilliard III

Jean Leclant (à droite), Théophile Obenga (à gauche)

Au colloque du Caire de droite à gauche Jean Leclant, Cheikh Anta Diop et Théophile Obenga en conversation lors d’une pause (Source : journal Le Soleil février 1974).

Dean Carter

Cheikh Anta Diop en discussion avec Dean Carter le Recteur du Martin Luther King Jr International Chapel de Morehouse College dans la résidence de Dr Charles Finch lors d’un dîner offert en l’honneur de Cheikh Anta Diop.

L'auteur

Alpha Youssoupha GUEYE est Expert-Comptable et Financier Diplômé inscrit à l’Ordre National des Experts-Comptables et Comptables Agréés du Sénégal (ONECCA). Il est Directeur Associé d’une firme d’audit et de conseil basée à Dakar. Il a parallèlement fait un doctorat universitaire en sciences de gestion. Auteur en français et en wolof, Alpha Youssoupha GUEYE cherche à décrypter à partir des sciences humaines et sociales l’état de nos pays et du continent africain au regard des réalités du vaste monde.

A propos de la date du 11 Novembre

Le 11 Novembre 1902 est la date historique de retour d’Exil de Cheikh Ahmadou Bamba, à bord du navire Ville de Maceo, amarré au port de Dakar. Ce retour d’exil symbolise la victoire de Cheikh Ahmadou sur les français et replace, ainsi, le Noir dans le bon sens de la marche de l’histoire face au Blanc. Ce qui justifie le choix de cette date pour la parution de l’ouvrage CONFLUENCE.

On en parle !

« Confluence », le coup de maître d’Alpha Youssoupha Guèye (Par Ousseynou BEYE de seneplus.com)

Qui était Cheikh Anta Diop, et quel a été son apport à la Science et à l’Histoire ? L’auteur nous sert une présentation limpide, sans équivoque : Au regard de tous les enjeux que ses travaux ont suscités, Cheikh Anta Diop fut un génie comme rarement le monde moderne en a connu. Il était tout à la

« Confluence », un ouvrage magistral sur les destins croisés de Cheikh Ibra Fall et Cheikh Anta Diop (Par Ousseynou BEYE de seneplus.com)

Un nouveau livre, au titre fort évocateur, va paraître en deux tomes : Confluence, Spiritualité et sciences dans l’action de Cheikh Ibrahima Fall et la pensée de Cheikh Anta Diop (1).On l’aura remarqué, la maison d’édition est également un nouveau-né.  Son auteur ? Un écrivain qui vient frapper fort à la porte des Grands, avec sa

Suivez-nous sur toutes les plateformes digitales